Qu’est ce qui différencie un recycleur d’un autre aujourd’hui ?

Il y a bien sûr sa forme, son poids, la position, le volume de ses faux poumons, mais de façon plus discrète son mode de fonctionnement interne.

Voici l’explication de la face cachée du fonctionnement de ces recycleurs Allemands que sont les SUBMATIX.

 

Tous les modèles du constructeur Allemand SUBMATIX fonctionnent sur le même principe.

Ils sont aux Normes CE, et possèdent des cursus FFESSM, FSGT et TDI. Ainsi ils sont conformes au Code du Sport et permettent donc de plonger en toute légalité et assuré.

Présentons en détail ce mode de fonctionnement de cette gamme de recycleur qu’est la famille Quantum de SUBMATIX Gmbh.

 

 

Résumé des configurations possibles d’origine avec ce mode de fonctionnement

 

- Mode eCcr, Gestion complète électronique avec plusieurs Setpoint.

- Mode mCcr, gestion mécanique avec Gestion PPO2 via le plongeur.

- Mode Hybride, gestion électronique avec Setpoint Minimum, associé à une gestion de PpO2 faite par le plongeur. Vous êtes en mode mécanique mais sans pouvoir descendre en dessous de valeurs de pressions d’oxygène minimales.

- Mode Scr. Utilisation en mode semi fermé avec un mélange Nitrox dans les deux blocs. Utilisable principalement lorsque vous ne disposez pas de l’oxygène promis lorsque vous arrivez sur place. Mais que le centre dispose d’un Compresseur à Membrane Nitrox.

 

Voyageant aux quatre coins du monde avec ce type de recycleur (Quantum et Mini), il fallait qu’il n’y ai absolument aucune pièce propriétaire, et un maximum de modularité dans le mode de fonctionnement. Le poids, bien entendu, doit être le plus faible possible. Les Submatix sont les recycleurs les plus léger et les plus simples.

Voici les différentes façons de gérer la désaturation sur les Quantum.

 

Un choix important et modulaire.

 -                Solution 1 (Tout électronique)

L’ordinateur principal qu’est le SPX42 va gérer la plongée, les paliers, les différents gaz tant au niveau type de diluant, que bail out disponibles, mais aussi les set point que vous aurez pré défini en fonction des profondeurs, ainsi que votre choix Gradient Factors. L’ordinateur va gérer le déclenchement de l’électrovanne d’oxygène en fonction des valeurs de Millivolt renvoyées par les capteurs Oxygène. C’est le mode de fonctionnement le plus courant et le plus utilisé. Toutes les valeurs prédéfinies en surface peuvent être modifiées en immersion si vous désirez adapter ces réglages à vos conditions de plongées.

 -                Solution 2 (Tout mécanique)

Le menu de cet ordinateur (en Français) vous permet de débrayer le mode électronique et vous pouvez fonctionner en mode mCcr. La PpO2 (pression partielle d’oxygène) de référence, correspond à la moyenne des valeurs envoyées par les trois cellules. Le tout associé au débit métabolique expliqué ci-dessus va vous faire gérer votre pression partielle d’oxygène et vos paliers de façon manuelle, comme avec un système de type Kiss. Vous pouvez passer aussi en mode PSCR, qui sera pour votre ordinateur le mode de fonctionnement semi fermé. Vous pouvez donc plonger en mode mécanique en CCR et en SCR.

 -                Solution 3 (Hybride)

Vous pouvez définir des valeurs de Pression partielle d’oxygène minimale sur le Spx42 en fonction de profondeurs différentes, tout en gérant manuellement la pression d’oxygène optimale que vous désirez maintenir voir adapter en temps réel à vos conditions de plongée. C’est le mode que nous préférons, il permet d’avoir des valeurs minimales sécuritaires et de rester vigilant en ayant une pression partielle d’oxygène à maintenir.

 -                Solution 4 (Utilisation d’un Ordinateur différent)

Sur toutes les configurations que nous proposons, vous disposez d’une prise fisher standard connectée à trois cellules. De cette façon, vous pouvez avoir votre affichage de pression partielle sur un autre ordinateur, soit en backup, soit en mode principal, selon votre choix. Vous n’aurez pas la gestion électronique du recycleur, mais toute la gestion de la désaturation de votre plongée sur trois cellules indépendantes. Ce mode de fonctionnement est utilisé lors de plongées dites engagées, de cette façon, il y a un véritable backup en plus de votre run time ardoise. D’autres plongeurs préfèrent continuer à se servir de leur ordinateur style shearwater, Ostc, DR5, Liquivision .. etc , cette connectique est standard et permet cette lecture de cellules sur vos ordinateurs préférés. Sachant que vous ne gérerez pas le solénoïde avec un autre ordinateur que le SPX42.

A noter que dans tous les modes de fonctionnement, et en imaginant que tout le système d’oxygène se bloque en mode ouverture, le débit d’oxygène sera au maximum de 5 litres minutes. Il s’agit là d’un choix de prévention par rapport à la crise hyperoxique. Avec ces quatre modes de fonctionnement possibles, il est très rare que l’on ne puisse pas plonger, à cause d’un problème matériel. Cette modularité permet toujours de trouver une solution. Bien que la panne réelle soit très rare, il s’agit le plus souvent de négligence (charger les batteries, oubli d’un ordinateur..), il est rassurant de savoir que l’on trouvera de toute façon une solution pour s’immerger si on le décide.

Sur la gamme Quantum et mini-Quantum, il y a bien sur la boucle avec son DSV (Dive Surface Valve), ou Bov (Bail Out Valve), le sac expiratoire, et le canister de chaux.

L’ensemble nous amène à un volume d’un peu plus de 10 Litres. Ce qui représente bien plus que le volume pulmonaire moyen des plongeurs.

Le canister de toute  la gamme peut contenir jusqu’à  2,5 Kg de chaux sodée. Le canister du Quantum dispose d’un double vitrage, ce qui permet un meilleur travail de la chaux en eau fraiche. Sur le mini, cette double paroi n’existe pas. La quantité de chaux et le volume global est le même sur les deux modèles, mais cela permet d’avoir une allègement important sur le Mini.

Le châssis de la gamme est fait en aluminium de 3 millimètres. Plié et soudé en une seule partie. Le socle permet à l’ensemble de tenir debout seul, et de ne pas être trop lourd pour le transport.

La coque, qui permet de protéger tout ce qui est connectique, est très résistante.

Il est également possible d’utiliser n’importe quel système de harnais et volume dorsal (Dive Rite, OMS …) ou gilet de stabilisation.

D’autres capots en Aluminium  ont été fabriqués spécialement pour alourdir la machine et lui permettre de supporter des Bails out complémentaires, des packs batteries de lampes, des petits blocs Argon pour l’étanche.

Nous avons de ce fait toute la gamme possible de façon à alléger pour voyager ou à muscler la configuration pour embarquer plus de matériel.  Il y en a pour tous les goûts.

Fiche technique du  Mini-Quantum.

Poids sans Blocs sans Chaux de 14 Kg

Poids avec Blocs de 1 x 2 Litres et chaux de 19 Kg

Utilisable en mode eCcr / emCcr / mCcr and Scr

Utilisable avec différentes tailles de Blocs

Poumon directement contre le dos du plonger pour une respiration optimisée.

Volume de la boucle de 10 Litres.

Réservoir de chaux coaxial de 2,5 Kg

Electronique installée dans la tête, mais accessible pour la maintenance facilement.

Circulation directe du gaz, pas de coude pour fluidifier le circuit.

6 Sensors possible (2 x 3 sensors) pour 2 ordinateurs et/ou afficheurs de PpO2

Redondance de batteries pour l’afficheur Spx42. Batterie rechargeable.

1 Hud (Head Up Display). Vert tous les 15 secondes pour signaler un bon fonctionnement, rouge si en dehors des valeurs basses  ou hautes.

Booster de diluant manuel et ADV (Additionnal diluant Valve)

Booster manuel d’Oxygène

Sortie Fisher pouvant recevoir un ordinateur d’une autre marque.

Enveloppe Dive Rite.

Ordinateur Full Trimix à Gradient Factor à Led, couleur.

Possibilité d’avoir 2 afficheurs de Pression partielle complémentaires